Retraites : les démarches possibles en dépit du confinement

Ouvrir un compte individuel, solliciter un rendez-vous de mi-carrière, liquider ses droits… Toutes ces démarches peuvent être réalisées même si les caisses de retraite sont fermées à cause de l’épidémie de coronavirus.

TENEZ LA DISTANCE

En cette période de confinement, retraités et actifs en passe de le devenir, profitez des nombreux services dématérialisés proposés par les caisses de retraite qui ,pour la plupart, n’ont pas attendu le virus Covid-19 pour digitaliser leurs activités. De toute façon, vous n’avez guère le choix, sachant qu’elles ont toutes fer­mé leurs agences et, pour certaines, réduit les effectifs de leur plate­forme téléphonique et limité le traitement des courriers.

« Il est tout à fait possible, même en période de confinement, de demander à liquider ses droits à la retraite».

Les rendez-vous avec les conseillers sont générale­ ment maintenus, mais s’effectuent désormais au téléphone ou par webcam, et non plus en face-à-face. Quant aux demandes d’information, pas de panique: entre les foires aux questions (FAQ), les «tutos » vidéo ou encore les « chatbots » (agents conversationnels) disponibles sur les sites Internet des caisses, vous aurez facilement les réponses à vos interrogations.

OUVREZ UNCOMPTE

Si vous ne l’avez pas déjà fait, profitez de cette pé­ riode de confinement pour vous ouvrir un compte individuel de retraite (CIR). Le CIR permet de télé­ charger à tout moment votre relevé de carrière dans lequel figurent vos trimestres et points de retraite, d’estimer votre future pension (en fonction de vos droits acquis) et, le moment venu, de demander en ligne et en une seule fois la liquidation de toutes vos retraites (de base et complémentaires confondues). Pour cela, il suffit d’aller sur info-retraite.fr, le portail du groupement d’intérêt public (GIP) Union Retraite qui représente les 35 plus importants régimes de retraite, à la rubrique « Créer mon compte retraite ». Pour remplir le formulaire, vous avez juste besoin d’in­ diquer votre numéro de Sécurité sociale, votre nom, prénoms, date de naissance, adresse e-mail, téléphone et de vous créer un mot de passe. Vous recevrez un e-mail de confirmation de votre inscription qu’il faudra valider en cliquant sur le lien. l’.opération prend trois minutes et c’est gratuit.

PRENEZ L’EIR

En plein confinement, il est possible de prendre l’EIR. l’.entretien information retraite est réservé aux assu­rés âgés d’au moins 45 ans. Ce rendez-vous avec un conseiller retraite permet de faire le point sur ses droits à la retraite, sur leur évolution encas de changements professionnels (chômage, formation…) ou personnels (maternité, maladie…) et sur les dispositifs permet­ tant d’améliorer le montant de sa pension (surcote, rachats de trimestre, cumul emploi-retraite…). L’EIR, plus communément appelé « rendez-vous de mi-carrière », peut être effectué aussi bien auprès d’une caisse de retraite de base qu’une caisse de retraite complémentaire. Depuis 2015, les candi­dats à l’expatriation et leurs conjoints peuvent sol­liciter, à n’importe quel âge, un tel entretien pour connaître l’impact de leur départ de France sur leurs futures retraites. Durant le confinement, les EIR sont réalisés par téléphone ou en visioconférence.

TIREZ LE BILAN

Le confinement constitue un bon moment pour faire le point Et pourquoi ne pas en profiter pour réaliser un bi­lan-retraite?Les cabinets de conseil en retraite continuent de fonctionner et, s’ils n’organisent plus de rendez-vous en face-à-face à cause des mesures de distanciation so­ciale, ils peuvent effectuer des entretiens au téléphone ou en visioconférence. Ils ont d’ailleurs l’habitude de travailler à distance, puisque les expatriés constituent une part importante de leur clientèle et qu’ils inter­rogent les caisses de retraite le plus souvent par e-mail. Un bilan-retraite coûte de 400 à 4.000 euros, s’il s’ac­compagne d’une assistance à la liquidation des droits. Dans ce dernier cas, le cabinet reconstitue non seulement
la carrière, mais récupère auprès des caisses (y compris étrangères) les trimestres « perdus » ou « oubliés » et effectue la demande de retraite. À savoir : certaines en­treprises prennent en charge tout ou partie du bilan-re­traite de leurs collaborateurs (généralement des cadres).

FAITES VOTRE DEMANDE

Le coronavirus ne doit pas être un prétexte pour ne pas sauter le pas : il est tout à fait possible, même en période de confinement, de demander à liquider ses droits à la retraite. La plupart des caisses de retraite ne traitant plus le courrier, il est fortement conseillé d’effectuer sa demande en ligne. Le mieux est de passer par info-retraite.fr. Une fois son compte individuel créé, il suffit de remplir le formulaire en y joignant les justificatifs demandés (copie de la carte d’identité, du livret de famille, du dernier avis d’imposition, RIB…). Sachez qu’il existe des applica­tions mobiles gratuites qui permettent de scanner les do­cuments en les prenant en photo avec son smartphone. Une fois le formulaire rempli, complété et validé, vous recevrez un e-mail de confirmation de votre demande. Vous pourrez alors suivre l’examen de votre dossier en vous connectant sur votre compte individuel. Surtout, la demande de retraite en ligne vous permet de réaliser la démarche en une seule fois et non auprès de chacune des caisses de retraite auxquelles vous êtes ou avez été affilié durant votre carrière, comme avec le formu­laire « papier ». Il est plus que jamais recommandé de demander sa retraite quatre à six mois avant la date de départ souhaitée, les délais d’examen des dossiers étant allongés à cause du Covid-19. Sinon, vous ris­quez de percevoir votre première pension avec retard.

MUNISSEZ-VOUS DE VOTRE ATTESTATION

Depuis le 20 avril, les retraités peuvent, comme tous les contribuables français, remplir leur déclaration de revenu en ligne. Ceux qui ont indiqué ne pas savoir manier les outils informatiques ou habiter dans une zone « blanche » (non couverte par les réseaux mo­ biles et Internet) ont reçu un formulaire papier. Dans les deux cas, le montant cumulé des pensions de base et complémentaires perçues en 2019 est nor­malement prérempli par l’administration fiscale. Pour autant, vous avez tout intérêt à vérifier que le montant indiqué est exact Pour cela, c’est facile : il vous suffit d’aller dans les espaces personnels des sites web de chacun des régimes de retraite qui vous versent une pension. Vous pourrez y télécharger votre attestation fiscale. Il vous reste ensuite à additionner les montants mentionnés pour connaitre le montant annuel de vos pensions imposables. S’il est différent de celui prérempli, vous devez en avertir le centre des fi­nances publiques auquel vous êtes rattaché.

SURSIS POUR LES RETRAITÉS EXPATRIÉS

Compte tenu des mesures de confinement en vi­gueur dans de nombreux pays, les retraités fran­çais qui vivent hors des frontières disposent d’un délai supplémentaire de deux mois pour indiquer à leurs caisses de retraite qu’ils sont toujours… vivants. Si les caisses connaissent les décès inter­ venus en France grâce au fichier des personnes décédées établi par l’lnsee à partir des déclara­tions des communes, elles ne disposent pas de telles données pour les Français morts en dehors de l’Hexagone.
Pour éviter de verser des pensions à des dispa­rus (qui peuvent éventuellement être récupé­rées par des héritiers indélicats), les caisses de retraite demandent tous les ans aux retraités français expatriés de prouver leur existence. Pour cela, ils doivent leur envoyer avant une certaine échéance un certificat de vie. Ce document doit être complété et signé par un agent d’une autori­té locale du pays étranger (commissariat, mairie, consulat, ambassade), en présence du retraité.
Le délai de deux mois devrait permettre aux retrai­tés français de pouvoir de nouveau accéder aux administrations du pays aujourd’hui fermées au public. À noter : le service en ligne « Transmettre mon certificat de vie » permet d’envoyer le for­mulaire complété et signé par le représentant de l’autorité locale par Internet et en une seule fois à toutes les caisses françaises de retraite auxquelles le retraité est affilié.■

 

Article issu du Mag 3AO n°55 de mai 2020